Dans le silence obscur d'un crépuscule infini.... la chapelle regarde la mer attendant le marin solitaire... mais son âme a disparu au creux de l'océan... dans le néant les lames des méandres de la vie nous emportent par l'espace d'un instant... tant de larmes versées aux saveurs du passé et le banc délaissé se meurt dans les regrets... comme tous les amants dans l'amour déchiré pleurent au ciel l'irisé de leur premier baiser.... où tant et tant ils se sont aimés pour l'éternité... reviendra-t-'il un jour cet amour éternel où tous les coeurs brisés cherchent à se retrouver pour que la vie n'en soit plus belle....

normandie_2010_106

Photo : " Etretat " Phil le Baladin

SILENCE OBSCUR

Silence obscur
Plus rien ne rassure
L'âme en déchirure
Sillonnée de blessures

Le ciel se fait dur
Quand l'orage fracture
L'être sur les murs
Se noie dans les fissures

Pas même une larme
Pour rafraîchir la flamme
Au milieu du désert
Respirer la poussière

Aveugle sont les mains
Cherchant le souffle serein
Des courbures d'un corps
Au-delà de la mort

Quand sonne le tocsin
De l'ultime chagrin
Aux épées de douleurs
Qui transpercent le coeur

Essuyer tant de peines
Qui coulent dans les veines
Où les artères se broient
Dans l'ombre de l'effroi

Plus de force pour chanter
Plus de force pour pleurer
Le temps s'est arrêté
Dans l'amour déchiré

Silence obscur
Silence qui dure
Silence de remords
Silence de mort

Silence des torts
Silences des corps
Silence encore
Silence qui s'endort

Phil le Baladin